Logo LCP
Vous êtes sur l'ancien site de LCP. Pour vous rendre sur le nouveau site, cliquez ici.
Les flux RSS

Site de l'Assemblée nationale

Voir les débats en cours à l’Assemblée nationale

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > LCP > Groupe écolo : pour vivre heureux, vivons séparés

Groupe écolo : pour vivre heureux, vivons séparés

Le 20 janvier 2016 à 14h45, par Elisa Bertholomey

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+


Dans une volonté de clarification, le groupe écologiste à l’Assemblée assume ses différences et met en place deux composantes bien distinctes.

C’est un mode de fonctionnement inédit que vont mettre en place les écologistes à l’Assemblée. Deux équipes en une. Huit députés du groupe ont officialisé mardi la création d’une composante à part dans l’organisation des travaux. Chacune aura sa propre organisation. Finis les réunions de groupe et les points presse communs le mardi matin, les deux tendances ont trouvé un mode de fonctionnement où "personne ne sera plus obligé d’assumer la parole des autres". Et histoire de bien marquer leurs différence, le groupe a embauché un nouvel attaché de presse, pour que chaque sensibilité ait le sien.

La nouvelle composante se décrit comme "réformiste et non pas pro-gouvernement" précise sa chef de file, Barbara Pompili. "Nous refusons que le groupe écolo soit vu comme une émanation du parti Europe écologie – Les Verts", ajoute-t-elle. Pour ces élus, un leitmotiv : se détacher des prises de position de Cécile Duflot, l’autre co-présidente du groupe, classée plus à gauche.

Organisation du travail parlementaire

Concrètement, le mardi matin, entre 10h30 et 11h30, chaque composante aura le temps de se réunir pour discuter des sujets en cours. A 11h30, place à la réunion du bureau du groupe : une demi-heure pour régler les formalités avant de passer à une réunion où tous les députés du groupe pourront se réunir pour tenter de trouver des points de convergence.

Dans l’hémicycle aussi, chaque sensibilité défendra sa propre parole. Lors des discussions générales sur les textes ou au moment des Questions au gouvernement, un député de chaque composante s’exprimera. "C’est une pratique qui a déjà lieu depuis plusieurs années, notamment sur le budget où nous avons des avis différents", précise Eric Alauzet, député du Doubs et spécialiste des questions budgétaires.

Mais pas question pour tous ces députés de quitter le groupe écologiste. "Cela accréditerait l’idée que les écolos, c’est les autres. Nous sommes écologistes nous aussi, mais écologistes – réformistes", insiste le député de Loire-Atlantique et ancien co-président du groupe, François De Rugy.

"Force est de constater qu’une grande confusion règne dans l’expression de l’écologie au Parlement", insistent les députés. Pas sûr que ce mode d’organisation la clarifiera.

Les députés de la composante "réformiste" :

Barbara Pompili, députée de la Somme
Eric Alauzet, député du Doubs
Denis Baupin, député de Paris
Christophe Cavard, député du Gard
François De Rugy, député de Loire-Atlantique
François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône
Paul Molac, député du Morbihan
Véronique Massonneau, députée de la Vienne

Photo : la coprésidente du groupe écologiste de l’Assemblée nationale, Barbara Pompili © 2015 AFP

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+