Logo LCP
Vous êtes sur l'ancien site de LCP. Pour vous rendre sur le nouveau site, cliquez ici.
Les flux RSS

Site de l'Assemblée nationale

Voir les débats en cours à l’Assemblée nationale

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > AFP > Fillon (LR) ironise sur le livre-inventaire de Sarkozy

Fillon (LR) ironise sur le livre-inventaire de Sarkozy

Le 21 janvier 2016 à 10h30

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+

François Fillon le 9 décembre 2015 à Olivet

François Fillon le 9 décembre 2015 à Olivet, © 2012 AFP


François Fillon (Les Républicains) assure jeudi qu'il lira "avec beaucoup d'intérêt" le livre de Nicolas Sarkozy à paraître lundi, l'ancien Premier ministre ironisant sur celui qui lui avait "beaucoup reproché" d'avoir entrepris l'inventaire de son quinquennat.

"J’ai fait mon autocritique le premier. D’ailleurs, je la fait depuis trois ans. (…) On me l’a beaucoup reproché, Nicolas Sarkozy le premier. Il paraît qu’il ne fallait pas faire l’inventaire, que c’était trahir la majorité à laquelle on avait appartenu. Donc c’est moi qui avais raison, je m’en réjouis et je lirai son livre avec beaucoup d’intérêt", a déclaré M. Fillon sur Europe 1.

"Je suis aujourd’hui le seul à proposer un programme de transformation de la société française qui peut nous permettre d’atteindre le plein emploi" et "à avoir une méthode qui peut permettre le changement radical dans un délai suffisamment court pour donner de l’espoir à notre pays". "A à peine un an de l’élection présidentielle, il serait temps que les autres en aient une", a lancé l’ancien Premier ministre de M. Sarkozy.

Interrogé sur les sondages sur la primaire de la droite et du centre (20-27 novembre) qui le donnent distancé, notamment par Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, M. Fillon a répondu : "Souvenez-vous de Philippe Seguin (soutenant Jacques Chirac face à Edouard Balladur en 1995) disant +circulez, il n’y a rien à voir, n’allez pas voter, ils ont décidé à votre place+. Vous allez voir, les favoris comme d’habitude ne seront pas au premier rang à l’élection. C’est les Français qui votent, pas les médias, pas les instituts de sondage, pas les observateurs".

Ses concurrents, à ses yeux, "ont beaucoup de retard" et "n’ont pas fait l’autocritique suffisante pour bâtir un projet de transformation radicale".

"Je suis un candidat libre, je n’aspire à aucune autre fonction, je ne m’associerai à aucun autre candidat, je ne joue pas pour me placer", a par ailleurs insisté M. Fillon. Outre MM. Juppé, Fillon, Hervé Mariton et Nadine Morano, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et peut-être Nathalie Kosciusko-Morizet devraient se porter candidats.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2012-2014 Agence France-Presse.

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+