Logo LCP
Vous êtes sur l'ancien site de LCP. Pour vous rendre sur le nouveau site, cliquez ici.
Les flux RSS

Site de l'Assemblée nationale

Voir les débats en cours à l’Assemblée nationale

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > AFP > 35 heures : Gattaz soutient Macron

35 heures : Gattaz soutient Macron

Le 25 janvier 2016 à 12h12

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+

Le président du Medef Pierre Gattaz à l'Hôtel Matignon à Paris, le 11 janvier 2016

Le président du Medef Pierre Gattaz à l'Hôtel Matignon à Paris, le 11 janvier 2016, © 2012 AFP


Le président du Medef, Pierre Gattaz, a dit lundi soutenir le ministre de l'Economie Emmanuel Macron sur la question des 35 heures, "erreur économique majeure", et a demandé que le projet de loi El Khomri permette d'en sortir.

"Les 35 heures sont une erreur économique majeure et nous en payons encore aujourd’hui les conséquences", a déclaré M. Gattaz lors d’une conférence de presse.

"Je soutiens tout à fait l’initiative d’Emmanuel Macron lorsqu’il dit qu’il faut régler ce problème-là", a-t-il ajouté.

Vendredi au Forum économique mondial de Davos (WEF), M. Macron a estimé que le projet de réforme du temps de travail en cours signait "de facto" la fin des 35 heures, et s’est dit favorable à ce que les heures supplémentaires soient majorées "beaucoup moins, voire pas du tout", dans le cadre de négociations au sein des entreprises.

Selon M. Gattaz, les 35 heures restent "un problème majeur pour la compétitivité" des entreprises françaises et "restent un marqueur international alimentant un constant +french-bashing+" à l’étranger.

"J’espère beaucoup que la loi El Khomri permettra de nous sortir de ces 35 heures", a dit le numéro un de la principale organisation patronale.

"Surtout je voudrais que cette loi permette d’être très simple, que des mesures fortes soient prises et que ces mesures soient simples à mettre en oeuvre et surtout très simples à expliquer dans le monde entier", a-t-il poursuivi, estimant que le gouvernement était là devant "une opportunité historique pour faire bouger les lignes".

L’ancien ministre de la Justice, Robert Badinter, a remis lundi à mi-journée ses propositions à Manuel Valls, première étape d’une réforme censée rendre la législation plus lisible et favoriser l’emploi.

Son rapport servira de base à la réforme du droit du travail que présentera la ministre du Travail Myriam El Khomri le 9 mars.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2012-2014 Agence France-Presse.

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+