Logo LCP
Vous êtes sur l'ancien site de LCP. Pour vous rendre sur le nouveau site, cliquez ici.
Les flux RSS

Site de l'Assemblée nationale

Voir les débats en cours à l’Assemblée nationale

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > AFP > Cambadélis (PS) regrette le rejet d’une "primaire de toute la gauche"

Cambadélis (PS) regrette le rejet d’une "primaire de toute la gauche"

Le 2 février 2016 à 09h22 , mis à jour le 2 février 2016 à 17h24

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis (g), le 22 janvier 2016 à l'Elysée

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis (g), le 22 janvier 2016 à l'Elysée, © 2012 AFP


Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a dit regretter le rejet, par la gauche du PS, d'une "primaire de toute la gauche" avec François Hollande, qui pourrait selon lui y participer avec un "statut spécial" du fait de sa fonction.

"On est dans une contradiction : on nous dit +il faut que le président participe à la primaire+, d’autres nous disent +il ne peut pas participer à la primaire vu la politique qu’il a menée+, les troisièmes disent +c’est complètement dingue qu’il participe à une primaire entre deux attentats et trois rendez-vous internationaux+. Il faut essayer de faire rentrer tout le monde. Ce que je dis moi, c’est que si on fait une primaire de toute la gauche, alors ça vaut peut-être le coup, et puis on aura un statut spécial pour le président de la République", a déclaré M. Cambadélis mardi sur RFI.

"Je suis pour une primaire de toute la gauche et pour une fois le Parti socialiste est unanime sur cette question", a affirmé le député de Paris.

"Mais je constate que Pierre Laurent (PCF, ndlr) dit +ce n’est pas possible de faire venir dans cette primaire François Hollande par exemple ou un candidat socialiste, il faudrait travailler à une alternative+. (Jean-Luc) Mélenchon (Parti de gauche, ndlr) dit +je n’en veux pas+ et Cécile Duflot (EELV, ndlr) n’est pas loin de penser la même chose. Donc c’est quand même peu probable qu’on mette tout le monde autour de la table pour faire une primaire de toute la gauche. C’est dommage. Parce que la gauche unie gagne les élections", a poursuivi M. Cambadélis.

"Dans le tripartisme, il ne s’agit pas, ce que nous avons fait lors des élections précédentes, de rassembler au deuxième tour : il faut être au deuxième tour. Pour être au deuxième tour, il faut faire 25-26%, le Parti socialiste à cette étape ne fait que 23% aux élections régionales", a-t-il ajouté.

Cette interview de M. Cambadélis a vivement fait réagir sur Twitter Cécile Duflot. "Ca fait deux fois que je t’écris le contraire, pareil dans deux itw, il y a un truc qui te gratouille qq part J Christophe ?"

A quoi le Premier secrétaire a répondu : "Ce qui me chatouille, c’est que je n’ai pas encore vu ta déclaration pour une primaire de toute la gauche avec François Hollande."

Dans une interview publiée par Mediapart le 17 janvier, Mme Duflot s’était prononcée sans ambiguïté pour une primaire "au périmètre le plus large possible", ajoutant que François Hollande en viendrait "peut-être à considérer qu’un tel exercice pourrait lui permettre de retrouver une légitimité perdue".

"Qui a peur d’une primaire de toute la gauche ? Sûrement pas moi. C’est pas beau de mentir", a de son côté tweeté Pierre Laurent à l’intention de M. Cambadélis.

Le patron du PCF s’est rapidement prononcé pour une primaire allant du PS au Front de gauche, tout en estimant que la "gauche politique et sociale ne (pouvait) plus se reconnaître dans la candidature de François Hollande".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2012-2014 Agence France-Presse.

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+