Logo LCP
Vous êtes sur l'ancien site de LCP. Pour vous rendre sur le nouveau site, cliquez ici.
Les flux RSS

Site de l'Assemblée nationale

Voir les débats en cours à l’Assemblée nationale

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > AFP > Hulot au gouvernement, "qu’est-ce que ça changerait ?" se demande Bayrou

Hulot au gouvernement, "qu’est-ce que ça changerait ?" se demande Bayrou

Le 3 février 2016 à 21h18

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+

Le président du MoDem François Bayrou, le 15 novembre 2015 dans la cour de l'Elysée à Paris

Le président du MoDem François Bayrou, le 15 novembre 2015 dans la cour de l'Elysée à Paris, © 2012 AFP


"Qu'est-ce que ça changerait ?", a répondu mercredi le président du MoDem François Bayrou interrogé sur une éventuelle arrivée de Nicolas Hulot à un poste de numéro 2 du gouvernement, ne croyant plus possible de "changer l'équation du gouvernement".

"Je ne crois pas qu’il soit encore temps de changer l’équation du gouvernement", a déclaré M. Bayrou sur le plateau de BFMTV, interrogé sur la proposition qui a été faite, selon un de ses proches, à Nicolas Hulot de rejoindre le gouvernement avec un portefeuille très étendu comprenant le ministère de l’Ecologie.

"C’est une personnalité sympathique qui défend les mêmes thèmes depuis longtemps mais la situation du pays est tellement enlisée, tellement en panne", a estimé le maire de Pau, jugeant qu’"on ne sait pas où l’on va".

Il a regretté que François Hollande ait refusé d’ajouter une dose de proportionnelle aux élections législatives. "Il a écarté cette idée, à mon avis il s’est trompé et selon moi, c’est trop tard, y compris pour lui", a-t-il expliqué, ajoutant : "mon impression, c’est que pour lui aussi ce n’est pas rattrapable". 

"Il n’y a plus de gauche, la gauche est en guerre civile", a constaté M. Bayrou, interrogé sur l’éventuelle organisation de primaires à gauche en vue de la présidentielle de 2017. "Il y a un affrontement de fond, je ne sais pas comment ils vont en sortir parce que tout ça est en même temps dans un cadre de divisions incroyables, personnelles, humaines mais il n’y a plus de gauche", a-t-il relevé. 

"Et de la même manière, à droite, on pourrait en parler", a-t-il poursuivi. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2012-2014 Agence France-Presse.

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+