Logo LCP
Vous êtes sur l'ancien site de LCP. Pour vous rendre sur le nouveau site, cliquez ici.
Les flux RSS

Site de l'Assemblée nationale

Voir les débats en cours à l’Assemblée nationale

Vous êtes ici : Accueil > Reportages > [Vidéo] Le Guen : "Nous acceptons trop de reculs sur les droits de la femme dans certains territoires de la République"

[Vidéo] Le Guen : "Nous acceptons trop de reculs sur les droits de la femme dans certains territoires de la République"

Le Guen : "Nous acceptons trop de reculs sur les droits de la femme dans certains territoires de la République"

Publiée le 20/01/2016 à 15:00
[Tags] laïcité, jean-marie le guen, républicains, droits des femmes

Ajouter cette vidéo : JavaScript   iframe   lien court

A propos de cette video

Invité mercredi dans l’émission Questions d’info sur LCP, le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement est revenu sur les agressions du Nouvel an à Cologne ainsi que sur les déclarations de Manuel Valls vis-à-vis de l’Observatoire sur la laïcité suite à l’interview d’Elisabeth Badinter mercredi 6 janvier sur France inter.

"Y compris dans la société française, je trouve que l’on n’est pas assez clair sur la statut de la femme", affirme Jean-Marie Le Guen. (…) Et là, on est sur un sujet où je ne vois pas comment on peut reculer. Ma conviction est d’autant plus forte que ce n’était pas ma position spontanée. Moi j’étais par exemple un de ceux qui dans les années 90 étaient plutôt sensible à l’idée qu’il fallait respecter le port du voile, etc."

"Je pense que nous acceptons depuis des années trop de reculs sur cette question de droits de la femme"

Jean-Marie Le Guen défend désormais un rappel à la loi plus systématique en ce qui concerne les droits des femmes. "Je pense que nous acceptons depuis des années trop de reculs sur cette question de droits de la femme, que ce soit en terme de sécurité, de considération, que ce soit en terme de vie sociale et de vie familiale", confie le secrétaire d’Etat très ému.

Le ministre insiste ensuite sur les conditions de vie des femmes, notamment dans certaines banlieues françaises. "Si demain, j’étais père ou grand-père de quelqu’un qui vivrait dans certains quartiers, est-ce que ma petite fille aurait réellement les droits que j’estime être normaux ? Celui de s’habiller ? Celui de se maquiller ? Celui de sortir ? Celui d’avoir des relations sentimentales librement ? Je dis que parfois, dans certains territoires de la République, j’en doute. Et ça m’interpelle en tant que républicain…"

Vincent Kranen

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+