Logo LCP
Vous êtes sur l'ancien site de LCP. Pour vous rendre sur le nouveau site, cliquez ici.
Les flux RSS

Site de l'Assemblée nationale

Voir les débats en cours à l’Assemblée nationale

Vous êtes ici : Accueil > Reportages > [Vidéo] Réforme constitutionnelle : les communistes, l’UDI et le PS précisent leurs positions

[Vidéo] Réforme constitutionnelle : les communistes, l’UDI et le PS précisent leurs positions

Réforme constitutionnelle : les communistes, l'UDI et le PS précisent leurs positions

Publiée le 26/01/2016 à 14:00
[Tags] ps, assemblée nationale, gdr, udi, réforme constitutionnelle

Ajouter cette vidéo : JavaScript   iframe   lien court

A propos de cette video

Jean-Jacques Urvoas sera nommé cet après-midi rapporteur du projet de loi, a révélé la porte-parole du groupe socialiste.

Les différents groupes politiques présents à l’Assemblée nationale ont livré mardi leur position sur la réforme constitutionnelle, dont l’examen débutera mercredi en commission des lois.

"Versailles, rien que Versailles"

André Chassaigne, le député communiste de Puy-de-Dôme, a exprimé la position du groupe GDR : "(Nous nous orienterons) vers un refus global (…) Nous n’entrerons pas dans la discussion sur les articles." L’élu GDR estime par ailleurs que cette réforme de la Constitution est une "victoire idéologique" pour Daesh.

Philippe Vigier a assuré que les députés UDI déposeront "trois amendements majeurs" : un visant à "inscrire dans le marbre de la Constitution, le contrôle parlementaire (de l’état d’urgence)" ; un autre "limitant l’état d’urgence dans le temps, à quatre mois" ; un dernier interdisant "la possibilité de dissolution de l’Assemblée nationale pendant l’état d’urgence".

"Nous sommes prêts à voter cette réforme constitutionnelle très largement", a continué Philippe Vigier. L’élu UDI a néanmoins mis en garde l’exécutif socialiste, qui pourrait être tenté de ne pas honorer la promesse de François Hollande, formulée en novembre devant le Congrès réuni à Versailles. Le chef de l’état avait parlé de "déchéance de nationalité" : "(Nous voterons favorablement) dès le moment où c’est Versailles, rien que Versailles et que les textes d’application ne videront pas Versailles de son efficacité attendue", a assuré le député de l’Eure qui a évoqué le risque d’un "piège socialiste".

L’élu UDI reste donc sur ses gardes : "Avec l’habileté de François Hollande, je ne voudrais pas que, pour rassurer ses amis socialistes, il y ait un tour de passe-passe qui vide de sa substance cette réforme constitutionnelle attendue par les Français et indispensable pour faire passer un symbole fort aux terroristes".

Annick Lepetit a quant à elle rappelé la position du groupe socialiste : "Nous ne souhaitons pas voir dans la rédaction de l’article 2 la déchéance de nationalité pour les binationaux." Certains députés PS sont en effet réticents à l’idée d’inscrire dans la Constitution une différenciation entre les Français qui ne disposent que d’une seule nationalité et ceux qui en ont plusieurs. Par ailleurs, l’élue socialiste a dévoilé que Jean-Jacques Urvoas, le président de la commission des lois, allait être nommé cet après-midi rapporteur du projet de réforme constitutionnelle.

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+