Logo LCP
Vous êtes sur l'ancien site de LCP. Pour vous rendre sur le nouveau site, cliquez ici.
Les flux RSS

Site de l'Assemblée nationale

Voir les débats en cours à l’Assemblée nationale

Vous êtes ici : Accueil > Reportages > [Vidéo] Interpellé par la droite sur la grève des taxis, Cazeneuve évoque les émeutes de 2005

[Vidéo] Interpellé par la droite sur la grève des taxis, Cazeneuve évoque les émeutes de 2005

A propos de cette video

Le ministre de l’Intérieur a accusé l’opposition d’être "singulièrement oublieuse de ces moments", dans une intervention lors de laquelle il s’en est pris à Nicolas Sarkozy.

"Dans quel pays vivons-nous ? Dans quel pays des centaines de chauffeurs de taxis peuvent entraver la circulation de la capitale, des grandes villes et des aéroports ?" Lors de la séance des questions au gouvernement, le député Les Républicains Bernard Debré a interpellé Manuel Valls sur les incidents qui se sont déroulés mardi, lors de la grève des taxis. "Ce n’est pas la première fois, sous votre responsabilité, que les forces de l’ordre sont dépassées et malmenées", a ajouté l’élu de Paris.

Des accusations qui ont entraîné une réponse vive de Bernard Cazeneuve. Le ministre de l’Intérieur a notamment évoqué les révoltes urbaines de 2005 alors que la droite était au pouvoir : "A l’époque, il y a eu trois semaines d’émeutes urbaines, en France, et trois semaines d’état d’urgence qui n’étaient pas dictées par le terrorisme mais par l’incapacité dans laquelle vous aviez été après un mot malheureux du ministre de l’Intérieur de l’époque (Nicolas Sarkozy, ndlr) de maintenir l’ordre."

"Vous êtes singulièrement oublieux de ces moments, vous qui donnez des leçons", a ajouté Bernard Cazeneuve. "Pendant cinq ans, vous avez mis à mal les forces de l’ordre en supprimant 13.000 emplois, en diminuant leur crédit de 17%", a-t-il continué.

Le ministre a ensuite "répondu sur le fond", en expliquant que le gouvernement n’a pas souhaité interdire la manifestation des taxis, malgré l’état d’urgence, car "le juge administratif" aurait "cassé" une telle décision.

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+